CARE™ Guidance

Intérgration de la thérapie CAR T dans le traitement du LDGCB

Hematology

16 Août 2021

Introduction

*Select content is presented in the language it was publicly available in.

L’objectif de ces directives est de fournir des informations sur les possibilités de thérapie par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T) et des éléments à prendre en compte pour une intégration efficace de ces thérapies dans la pratique canadienne, en mettant l’accent sur la place de la thérapie CAR-T dans les modèles actuels, les candidats à la thérapie CAR-T, le suivi après traitement et la prise en charge des effets indésirables.

Il s’agit de la 1re version (V.1) des directives de CARE™ pour la thérapie CAR-T dans le traitement du LDGCB pour l’année 2021.

Aperçu 
Une brève introduction sur la thérapie CAR-T

Points saillants des essais cliniques pertinents :
ZUMA-1. Innocuité et efficacité du KTE-C19 chez les adultes atteints de lymphome non hodgkinien agressif réfractaire

Tisa-Cel :
JULIET. Tisagenlecleucel pour le traitement du lymphome diffus à grandes cellules B récidivant ou réfractaire chez l’adulte

Réflexions sur l’intégration de la thérapie CAR-T dans le traitement actuel du LDGCB

Quels patients sont des candidats pour la thérapie CAR-T?
Les indications précises comprennent le LDGCB non spécifié par ailleurs, le lymphome à cellules B de haut grade, le lymphome à cellules B de haut grade avec réarrangements des gènes MYC et BCL2 ou BCL6 (double-hit par FISH), le LDGCB résultant d’un lymphome folliculaire, ainsi que le lymphome primaire du médiastin à grandes cellules B (LPMGCB).

Une orientation précoce et un traitement rapide par thérapie CAR-T peuvent améliorer les résultats :

  • Planification d’une thérapie de transition appropriée et opportune si nécessaire pour réduire la charge tumorale
  • Diminution de la probabilité d’avoir une maladie agressive et réfractaire (récidivante plutôt que chimioréfractaire)
  • Réduction du nombre de traitements antérieurs et augmentation de la probabilité de disposer de lymphocytes T plus adaptés à la fabrication de CAR-T
Suivi après traitement et prise en charge des EI 

Toxicité aiguë associée à la thérapie CAR-T ciblant le CD19 :

  • SLC : caractérisé par de la fièvre au début; les symptômes peuvent être progressifs et, outre la fièvre, inclure une fuite capillaire/hypoxie, un dysfonctionnement des organes cibles et une hypotension.
  • ICANS (syndrome de neurotoxicité associé aux cellules immunitaires effectrices) : encéphalopathie toxique avec des symptômes de céphalées légères, de confusion et de délire; aphasie de Broca; crises d’épilepsie occasionnelles; et rarement, œdème cérébral; peut se produire en présence ou en l’absence de SLC systémique.

Toxicités tardives après une thérapie CAR-T ciblant le CD19 :

  • Des événements de neurotoxicité tardive, notamment l’aphasie transitoire et les crises d’épilepsie, sont apparus jusqu’à deux mois après la thérapie CAR-T. Il est conseillé aux patients de ne pas conduire ni d’utiliser de machines pendant les 8 semaines suivant la thérapie CAR-T.
  • Prolongation des cytopénies ≥ grade 3 au-delà du 30e jour observée chez environ 30 % des patients.
  • L’aplasie des cellules B se produit chez presque tous les patients et peut persister > 1 an bien que des rémissions durables puissent être observées chez les patients qui reconstituent des cellules B.
  • Des infections (retardées) sont survenues chez jusqu’à 55 % des patients dans les essais de base, souvent après le congé de l’hôpital